Vous êtes ici : Accueil > Les AS > L’entretien courant réalisé par les AS

L’entretien courant réalisé par les AS

Image L’entretien courant réalisé par les AS

L’entretien courant qui figure dans le programme annuel de travaux de chaque AS se décline en plusieurs types d’intervention : le faucardage mécanique, les travaux manuels sur la végétation, les curages et les chantiers opérés sur les ouvrages hydrauliques.

Dernière mise à jour : 26 octobre 2012

Le faucardage mécanique

Cette opération consiste à couper et exporter les plantes herbacées poussant en bordure des fossés, rivières et canaux. Hors zone agricole, elle est en général réalisée entre début mai et fin juillet. En secteur agricole, elle est programmée après le ramassage des récoltes, soit à l’automne. C’est également en cette saison que les opérateurs effectuent un second passage dans les zones urbaines.

Les travaux manuels d’entretien de la végétation

Dans le cas de travaux simples ne nécessitant pas de compétences ou de matériels particuliers, les travaux sont exécutés sur les berges par des personnes bénéficiant de contrats emploi solidarité (CES), ce qui leur permet de bénéficier d’une formation et d’acquérir un savoir-faire. Dans les autres cas, les AS font appel à des entreprises privées et spécialisées.

En zone boisée, les tâches les plus courantes consistent à faucher et débroussailler les berges, manuellement, de façon à ce que la végétation n’encombre pas le lit des cours d’eau. Parfois, il est nécessaire d’abattre certains arbres morts ou dangereux, autant pour faciliter la circulation que pour optimiser la largeur de la section d’écoulement des cours d’eau.

Les embâcles – bois emportés par les eaux lors d’une crue puis bloqués dans le lit de la rivière – sont systématiquement supprimés pour ne pas gêner le passage de l’eau. Par endroits, lorsqu’un site est envahi par la renouée du Japon, une espèce végétale invasive très vivace le long des cours d’eau, un traitement spécifique est opéré :  arrachage répété et broyage afin d’épuiser les parties souterraines de la plante.

Les curages

Le curage d’entretien consiste à extraire la végétation aquatique qui se développe dans le cours d’eau, par endroits, puis à la déposer sur les servitudes de passage (zone de 4 m de part et d’autre du cours d’eau). Si la configuration du terrain l’exige, elle est évacuée en décharge. Dans certains cas, deux passages sont nécessaires, au printemps et à  l’automne.

Egalement nommées plages de dépôt ou de rétention, les plages de dégravement doivent elles aussi être régulièrement curées au pied des coteaux, ceci afin que les matériaux solides transportés par les cours d’eau ne soient emportés plus loin en aval lors d’une crue. Sur ce sujet, lire notre page relative aux plages de dégravement.

Autres travaux

Ces travaux, de nature très diverse, ne concernent pas la gestion de la végétation déjà installée mais plutôt les ouvrages hydrauliques eux-mêmes. Il peut s’agir de renforcer la protection d’une berge, de réparer un passage busé sur un fossé, d’installer des clapets anti-retour, d’aménager une servitude de passage, de planter des végétaux adaptés aux ripisylves dans le cadre de la renaturation de certaines sections d’un cours d’eau…

Le fonds d’intervention d’urgence

Chaque année, votre AS provisionne des sommes destinées  à effectuer des travaux d’urgence non programmés mais survenant du fait d’aléas souvent climatiques. Elles servent par exemple à financer la location en régie d’engins de type pelle mécanique ou permettent de disposer rapidement d’une main d’œuvre équipée de matériels adaptés aux travaux devant être exécutés.

Liens

>> Voir : l’Arrêté préfectoral du 9 avril 1970 relatif aux servitudes de passage

>> Lire notre page : Qu’est-ce qu’une association syndicale ?

>> Lire notre page : Les obligations des propriétaires

>> Lire notre page : La redevance due par les propriétaires

>> Lire notre page : Les travaux exécutés par les AS